Entreprises et Océan

La mobilisation des entreprises est nécessaire à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) définis en 2015 par les Etats-membres des Nations-Unies. Les 17 objectifs de l’Agenda 2030 sont imbriqués, interdépendants et même indissociables. 

Le label OCEAN APPROVED est construit sur la base de l’ODD14, qui vise à « Conserver et exploiter de manière durable les Océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable ».

L’Océan étant à la croisée des enjeux climat et biodiversité, travailler sur l’ODD14 permet à l’entreprise d’atteindre tous les autres objectifs dont les ODDs :

  • 13 (climat)
  • 6 (eau douce)
  • 2 (faim zéro)
  • 3 (bonne santé et bien-être)
  • 12 (consommation et production responsables)
  • ou encore 15 (vie terrestre).
Source Claudet et al. (2020)

Partout dans le monde, les réglementations évoluent et les cadres des rapports liés à la Responsabilité Sociétale des Entreprises deviennent plus exigeants et plus précis.

L’Union Européenne propose une nouvelle stratégie en faveur d’une économie bleue durable dans l’Union pour les secteurs et industries liés à l’Océan, aux mers et aux espaces côtiers. Une économie bleue durable est essentielle pour atteindre les objectifs du pacte vert pour l’Europe.

Un ensemble de mesures ont été adoptées pour mieux orienter les flux de capitaux vers des activités durables. La taxonomie européenne qui entrera en vigueur à partir de fin 2021 a défini des critères visant à identifier les activités économiques qui contribuent le plus à la réalisation des objectifs environnementaux de l’Union européenne.

Les 6 objectifs sont directement liés aux défis océaniques. Le label OCEAN APPROVED, pleinement aligné avec les nouvelles réglementations, donne aux entreprises un moyen supplémentaire de satisfaire à ces obligations renforcées. 

Le label se positionne également au-delà et permet à toutes les entreprises, de tout secteur d’activité et de toute taille, d’identifier leurs impacts sur l’Océan et les éviter ou les réduire.

Les enjeux

Climat

L’Océan :  premier régulateur du climat.

Véritable thermostat de la planète, il se réchauffe et se refroidit très lentement. Il peut stocker une quantité de chaleur 1000 fois supérieure à celle de l’atmosphère. Par l’absorption de 30% du CO2 émis par l’activité humaine, l’océan combat aussi les effets de serre et limite le réchauffement de l’air.

 

L’Océan : première victime du changement climatique.

Le réchauffement et l’acidification des océans provoqués par l’activité humaine affectent l’ensemble de la mécanique thermique planétaire. Ils provoquent aussi la migration d’espèces marines, et la fragilisation voire la disparition d’écosystèmes fragiles.

Biodiversité

L’Océan est un réservoir de biodiversité.

A ce jour, seule une faible partie de cette biodiversité est connue. Mais elle est déjà précieuse pour le bien-être et la santé des êtres humains : première source de protéines pour 1 milliard de personnes, elle contribue aussi par exemple à la moitié des traitements contre le cancer.

 

Cette biodiversité est en danger :

A cause du changement climatique, de toutes les formes de pollution des eaux et de l’exploitation excessive de ses ressources, la biodiversité marine est menacée : en témoigne la disparition de la moitié des coraux et de nombreuses espèces de poissons et de mammifères marins.

Économie

D’un océan en bonne santé dépend l’économie mondiale.

Un être humain sur deux vit à moins de 60km de la mer, et 61% du PIB mondial est généré par les activités implantées à moins de 100km des côtes. Plus de 90% du commerce mondial transite par voie de mer, et en France la contribution de la mer à la richesse nationale représente l’équivalent de 14% du PIB. Au niveau mondial, la valeur écosystémique totale de l’Océan est estimée à plus de 20 000 Milliards de dollars.

La surexploitation des océans, le changement climatique et la perte de la biodiversité marine représentent une menace pour cette valeur économique et les centaines de millions d’emplois associés.

Anne-France Didier

Pilote ODD14
Ministère de la Mer

"Nombre d’entreprises intègrent maintenant les ODD dans leur stratégie RSE. Mais peu d’entre elles se réfèrent à l’ODD14, et l’interaction entre tous les ODD n’est pas assez prise en compte. Traiter l’ODD14 grâce au Référentiel Océan, c’est aussi identifier de nouvelles actions au bénéfice des autres ODD".

Ignace Beguin Billecocq

Manager, Ocean and Climate
United Nations Global Compact

"L'Océan est une ressource essentielle pour atteindre les objectifs 2030. Un changement et une accélération des actions par l'ensemble des acteurs est nécessaire pour mieux le protéger et l'utiliser. Pour inciter les entreprises à agir dans le respect des « principes pour un Océan durable du UN Global Compact », le UN Global Compact publie des guides pratiques par secteur, qui recommanderont l’utilisation du Référentiel Océan".

Claire Jolly

Responsable Groupe Économie de la Mer
OCDE

"Il faut continuer à alerter sur les dangers de mauvaise gestion des espaces marins, en offrant des solutions concrètes, notamment sur les modèles économiques de gestion durable et les sources de financement novatrices, tout en cartographiant les opportunités liées à la mer. C’est la raison d’être du Référentiel Océan".

element

SUIVEZ TOUTES NOS ACTUALITÉS

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.